top of page

L'Echo Républicain mets en lumière l'école Beauvoir

Stéphanie Pottecher a le féminisme chevillé au corps. Elle a appelé son école Beauvoir, installée à Chartres, pour défendre le combat des femmes dans le monde de l’entrepreneuriat.



Stéphanie Pottecher - école  Beauvoir - L'Echo Républicain


Elle a installé son école Beauvoir, depuis près d’un an, au sein du campus The Village by CA-The Place by CCI 28, à Chartres. Stéphanie Pottecher, 34 ans, est une jeune ingénieure convaincue de sa vision et de sa philosophie dans le domaine de l’enseignement.


Sa première promotion d’une petite dizaine d’élèves s’est déroulée, une année auparavant,

entièrement en distanciel. Elle propose des formations, tous niveaux, reconnues par l'État, pour former aux métiers du numérique et de l’intelligence artificielle (IA).


La jeune cheffe d’entreprise a appelé son campus Beauvoir en hommage à l’auteure du Deuxième Sexe, Simone de Beauvoir : « Je fais de ma passion du numérique un engagement, en tant que femme dans ce secteur. Mes premiers élèves sont venus d’Eure-et-Loir, du Loiret et d’Île-de-France. J’ai travaillé plus de dix ans dans l’Éducation en tant que maître auxiliaire (professeur en collège et au lycée sans diplôme dans le privé), à

l’institut Saint-Pierre de Brunoy (dans l'Essonne), puis comme professeure certifiée en mathématiques, professeure d’informatique dans le secteur public, professeure d’informatique au Wagon et à Ada Tech School Paris. ».


Un parcours dans l’enseignement

Originaire de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, Stéphanie Pottecher est passionnée d’informatique depuis toujours. Elle a créé son premier site internet à l’âge de 13 ans. Son Master de Télécom Paris en poche, la jeune ingénieure a travaillé en tant que pilote de services chez Orange, Data scientist chez Onogone et à la Société Générale ainsi que directrice technique chez AQC et Data engineering manager chez Biogen, à Paris. « J’ai attendu mes 29 ans pour qu’une collègue me dise que je suis intelligente. Et pourtant, je ne crois pas au QI. Un test de QI ça se travaille, ça s’entraîne, ça se cultive. En revanche, je crois à la passion, à la volonté, à l’ambition de porter ses valeurs et ses projets. »


En trois rentrées scolaires, depuis septembre 2022, vingt-et-un élèves suivent les cours de

l’école Beauvoir de Chartres. La responsable a assuré 105 conférences sur la même période :

« Beauvoir forme aux métiers émergents, en mettant l'accent sur l'IA, la data et l'automatisation. Grâce à nos partenariats d'entreprise, Beauvoir s’engage pour les femmes, les personnes en situation de handicap et celles de toutes orientations religieuses et sexuelles. De plus, nous promouvons l’équité et les bonnes pratiques dans le secteur du digital et par le biais de l'IA ».


Auteur Ahmed Taghza - L'Echo Républicain le 13 juin 2024

15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page